Silicium Organique G5 – Dossier scientifique 3/4

Silicium G5 - Dossier scientifique

Silicium Organique G5, MMST, définition et bénéfices pour la santé.

Le Silicium Organique, ou MMST, a fait l’objet depuis les années 70 de nombreuses études et publications sur ses effets sur la santé, notamment en ce qui concerne la densité osseuse. Comme expliqué dans le second article de ce dossier (Silicium – Dossier scientifique (2/4) – Les preuves de son efficacité), une étude menée par l’université de Harvard avait montré une relation évidente enSilicium et densité osseusetre apport de silicium et augmentation nette de la densité osseuse. Cependant ses effets étaient limités chez les femmes postménopausées.

Publiée en 1979 dans la revue du rhumatisme (1), l’étude « Silicium, tissu osseux et immunité » menée par le centre hospitalier de Toulon a permis de mettre en évidence une relation entre apport de Silicium Organique MMST et densité osseuse même chez les femmes postméonopausées, chez lesquelles un apport de silicium diététique seul n’avait pas suffit. Ainsi chez 70 % des sujets, l’apport de Silicium Organique par rapport à un placebo permettait d’augmenter le volume de leur os iliaque.

Molécule MMSTL’étude a également permis de mettre en avant une nette augmentation, chez les patients traités, du nombre d’immunoglobulines et de lymphocytes, ayant un rôle majeur dans le système immunitaire.

Une seconde étude, publiée dans la revue « Magnesium Research » en 1993 également menée par le centre hospitalier de Toulon (2), a confirmé ces résultats. Menée sur 53 patientes atteintes d’ostéoporose, il a été observé chez les patients traités par rapport au groupe de contrôle une nette augmentation de la densité des vertèbres et de l’os iliaque.

Silicium Organique : comment le définir et pourquoi est-il spécial?

Energie de la molécule MMSTLe Silicium Organique ou MMST, qui est la fraction active du « G5″, diffère de par sa structure du silicium naturel dérivé de l’alimentation, l' »acide orthosilicique ». Dans le Silicium Organique un groupe méthyle, à savoir un carbone plus trois hydrogènes, remplace un groupe hydroxyde, c’est-à-dire oxygène plus hydrogène (cf. schéma 2).
Ce changement entraîne une modification au niveau énergétique de la molécule, en effet le lien Carbone (C) – Silicium (Si) est d’une énergie très élevée. Cela peut-être observé en regardant l’énergie qui entoure la molécule MMST.

Vous pouvez observer sur le schéma ci-contre (numéro 3), que le champ de l’énergie calculée du côté droit est composé de charges négatives (rouge), de charges positives (bleu) et neutres (vert). La molécule a ainsi une polarité variable et ressemble de ce fait à de l’eau et se comporte comme telle.
Du côté gauche cette fois-ci, le champ de l’énergie calculée est entièrement neutre (vert) et lui confère les propriétés d’un lipide.
Cette particularité confère à la molécule MMST la capacité unique de se déplacer aussi bien en milieu aqueux que lipidique. Il s’agit d’un aspect très important puisque chaque cellule se compose d’une part d’eau et d’autre part de membranes lipidiques autour et à l’intérieur de la cellule.

MMST, une molécule amphiphileLe MMST possède ainsi la capacité de passer et de se déplacer dans toutes les cellules devenant ainsi un système de libération très efficace du silicium dans l’organisme. Ce type de molécule porte le nom de « molécule amphiphile » (3).

Dans son environnement naturel le MMST est toujours associé à des molécules d’eau (schéma 4) et forment ensemble un groupe. Par conséquent un pH et une concentration corrects sont nécessaires pour le groupage des molécules d’eau. Une concentration trop élevée en MMST entraîne une polymérisation des molécules qui perdent alors nombre de leurs propriétés. Les travaux du chercheur Jacques Benveniste suggèrent que la mémoire est véhiculée de cette façon dans le milieu. Récemment le Dr. Luc Montagnier, prix Nobel de médecine a repris les travaux du défunt Benveniste sur la mémoire de l’eau. Vous pouvez retrouver un autre article sur le sujet dans notre blog.

Références

(1). Schiano A, Eisinger F, Detolle P, Laponche AM, Brisou B, Eisinger J. Silicium, tissu osseux et immunité. Revue du Rhumatisme.1979; 46:483-486.

(2). Eisinger J, Clairet D. Effects of silicon, fluoride, etidronate and magnesium on bone mineral density: a retrospective study. Magnesium Research 1993;6:247-249.

(3). Amphiphile est un terme qui désigne la capacité d’une molécule à être soluble (dissoute) à la fois dans l’eau et dans l’huile. C’est une caractéristique inhabituelle qui permet aux molécules de se déplacer dans la circulation sanguine à base d’eau qui circule dans l’organisme, mais également à travers les membranes des cellules à base d’huile.

À propos de l'Auteur:

Psycho-sociologue de formation et très bon connaisseur des milieux professionnels de la santé, je m'autorise depuis nombre d'années à confronter les errances industrielles pharmaceutico-médicales et diffuse régulièrement nombre d'articles sur les questions de santé, dans une logique de réconciliation des médecines masculines et des médecines féminines, dites "naturelles" ou "douces", alternatives, de prévention et d'accompagnement des processus des médecines dominantes, parfois utiles ou indispensables, parfois si violentes dans leurs dérives.

Laisser un commentaire

*